24 juin 2007

Rio loco

Festival Rio Loco à Toulouse : c'est l'Espagne au bord de la Garonne. Les churros, les patatas bravas, la sangria et aussi la musique. Beaucoup de flamenco, sous toutes ses formes et le plus souvent métissé. Et aussi la cornemuse galicienne. Samedi soir le Kepa Junkera Sextet a donné la mesure de la diversité : Kepa Junkera avec son accordéon basque a invité Ibon Koteron et son étrange cornemuse appelée alboka et des percussionnistes époustouflants. J'ai entendu le premier solo de triangle de ma vie, qui s'inscrivait très bien dans le rythme énergique de la composition. Les instruments à percussions à lames sont impressionnants : ça fait penser à des xylophones mais beaucoup plus grands et les plaques de bois sont du genre madriers. Les musiciens sont deux à frapper avec des bâtons. Impressionnant de force, de rapidité, d'agilité, de puissance avec une recherche mélodique. Une formation très rythmique avec toutes ces percussions, il y a aussi des steel drums, une batterie, une basse mais aussi mélodique avec l'accordéon, une guitare et l'alboka. Vraiment un concert tonifiant.
Marie-Françoise

2 Comments:

Blogger digya said...

les "instruments à percussions à lames" dont les lames sont des madriers, ça s'appelle txalaparta. C'est plus qu'un instrument de percussion, c'est aussi un instrument mélodique, cf. le travail de Oreka Tx (CD Quercus Endorphina, en vente sur tous les sites qui se respectent). Pour en savoir plus on peut aussi aller là : http://txala.free.fr/

08:58  
Anonymous Gilles said...

merci pour toutes ces précisions

15:56  

Enregistrer un commentaire

<< Home