28 mai 2007

ça fait 3 livres, je vous laisse tout ?

Liberté des mots, liberté des « guitar heros » du jazz manouche, liberté de la musique de jazz entre 1960 et 1982, liberté d’Alain Gerber, liberté de Jean-Baptiste Tuzet, liberté de Jedediah Sklower, trois livres aussi passionnants les uns que les autres, qui nous baladent en jazz, ce jazz pluriel qui en fait sa richesse. Je les ai lus en pleine campagne électorale, je ne sais plus où mon cœur swingue, je ne sais plus si je suis pour Stan Getz, Ornette Coleman ou Django Reinhardt. Le jazz joue constamment l’ouverture.

« Balades en Jazz » aux éditions Folio Senso véritable journal intime dont les Chet, Miles, Dizzy, Bird, Blakey et autres sont les protagonistes qui jamment dans les méandres de la vie-jazz de l’auteur entre rêve et réalité.
« Jazz manouche » aux éditions Didier Carpentier est plaisant, bien iconographié, vivant, on se sent au milieu des roulottes, ça sent le voyage à plein nez, on entend à chaque page la Selmer Maccaferri à pan coupé, c’est un album de famille, on va de cousins en cousins, de Hollande en Allemagne en passant par Samois ou Montmartre qui résonne du Clairon des Chasseurs.
« Free jazz, la catastrophe féconde » aux éditions L’Harmattan nous rappelle mai 68, aïe, aïe, aïe ! Il s’agit là d’un exemplaire travail d’historien qui prouve combien le jazz est le reflet de la société, combien à cette époque, tout était possible en art, déconstruire la toile pour un peintre, déconstruire la gamme pour un musicien.

Robert

1 Comments:

Blogger Jérôme said...

Ancien assistant devenu ami de Jean-Baptiste Tuzet, je ne peux que vous recommander son dernier livre. C'est un auteur talentueux, très documenté et surtout sincère. Foi de lotois (46170)

00:44  

Enregistrer un commentaire

<< Home