07 août 2008

Sous l'égide de John Zorn

Lundi 4 août, festival de Marciac
Une soirée prometteuse de trois concerts sous l’égide de John Zorn : Uri Caine solo « plays Masada », String Masada et Masada Sextet. Cette unité voulue a permis trois entrées musicalement singulières dans l’univers de John Zorn. Un Uri Caine éblouissant de rapidité et d’inventivité a absorbé les compositions de son compatriote et ami, offrant une musique de pianiste virtuose. Tout son art, son immense culture classique et jazzistique a composé avec les thèmes « folkloriques », transformant de simples mélodies en morceaux puissants, envoûtants, aux phrases complexes. Il aurait pu jouer toute la nuit … mais en un clin d’œil, il fut remplacé par le trio à cordes String Masada, le « chef » John Zorn assis en tailleur sur le devant la scène, face aux musiciens. Et un autre univers de virtuosité, plus proche du folklore juif et des musiques de fête nous a conduits dans d’autres contrées musicales. Sous l'inflexible tempo du contrebassiste, toutes les libertés étaient possibles au violon et au violoncelle. Chansons nostalgiques, rythmes de danse, avec une pointe de jazz déjanté ont entraîné un public déjà convaincu dans un tourbillon de sons. Entracte. La musique ne retombe pas, présente dans nos têtes. On revient écouter le sextet de John Zorn (au saxophone), Dave Douglas à la trompette, Uri Caine au piano, Joey Baron à la batterie, Greg Cohen à la contrebasse et Cyro Baptista aux percussions. Energie. Energie. Chaque morceau surprend, entraîne, voyage. Une composition offrant trois solos au batteur déchaîne l’enthousiasme du public. On regrettera après coup que tous les musiciens n’aient pas eu chacun assez de moments pour s’exprimer. Cinq rappels, ils reviennent et rejouent devant une foule qui se colle à la scène, portée par la joie de cette musique d’énergie et de surprise. Pendant les trois heures de voiture qui nous ramènent dans le Lot, on en parle, on se rappelle et on écoute en disque Uri Caine et John Zorn.
Marie-Françoise

2 Comments:

Anonymous M said...

D'ailleurs je continue à écouter en boucle le Moloch de Uri Caine, album solo vivement recommandé !

http://www.tzadik.com/index.php?catalog=7360

17:58  
Anonymous Gilles said...

et moi pareil

10:40  

Enregistrer un commentaire

<< Home