06 juin 2009

Le grand méchant Lew !


Il est 7 heures, Paris … non, ne touchons pas aux monstres sacrés ! Et l’Audi démarre en ce vendredi 8 mai, mais nous ne capitulons pas devant ce qui nous attend !

Wassily Kandinsky à Beaubourg prouve comme il aimait à le dire que « la peinture pouvait déployer les mêmes forces que la musique » et que ces deux arts « ne sont que deux façons de se représenter d’une manière abstraite le monde dans lequel nous vivons ». Puis Joséphine Baker fildeferisée par Alexandre Calder, toujours au centre Georges Pompidou nous rappelle que le samedi nous avons rendez-vous avec notamment les œuvres que Paul Colin a consacré à Joséphine notre voisine des Milandes.

Après le « prince » moscovite et avant les « king » et autre « count », nous voilà au Duc, celui des Lombards. La « grand-mère » de Raphaël Dever a vu le Lew ! Tabackin est là pour quatre concerts, chaperonné par Pierre Christophe - l’élégance en jazz et quand on aime Jaky Byard, on ne peut qu’aimer le pianiste – et Mourad Benhammou au jeu musclé mais jamais brutal. Le saxophoniste ténor a un son énorme, ça tourne sur les grandes dents, c’est sauvage, c’est très rollinsien. Quant au flûtiste (le même !), il sait être tendre et me réconcilie avec l’instrument et séduit Yvan Amar, lotois d’adoption qui fait partager en direct aux auditeurs de France Musiques son « Jazz Club ». Dany Brillant, en famille, « Fly to the moon ».

Lew Tabackin et Toshiko Akiyoshi classé premier big band au référendum de Down Beat en 1980 sont dans l’histoire du jazz. L’histoire c’est aussi “ Le Siècle du Jazz”, l’exposition à laquelle ont participé notamment Philippe Baudoin et Anne Legrand. C’est fascinant, j’y retrouve quelques pièces de ma collection (« Une introduction au jazz » de Langston Hughes, « Swing » de Gaston Criel, …) c’est une machine à remonter le temps où vous entrez dans la peau de ceux qui marchaient dans les rues du French Quater à La Nouvelle-Orléans ou dans celle d’un personnage de Francis Scott Fitzerald. Vous rentrez de guerre avec le big band militaire de James Reese Europe, vous dansez avec Joséphine Baker, vous parlez de banane avec Jean Paul Sartre, vous vous habillez « zazou », vous tournez avec Louis Malle et pensez que David Stone Martin, que Guy Le Querrec, que Jean Michel Basquiat, que…….que vous avez loupé les grandes marches avec les Black Power, les Black Muslims, les Black Panthers. Le jazz est toujours en marche … et the show must go on, quand j’apprends depuis que Fabrice Ponthier est parti, il avait à peine 40 ans, il avait la musique chevillée au corps mais le corps a lâché, le cœur a lâché, j’avais aidé à le « lancer » au début des années 90, c’était un mec attachant, un passionné, il m’avait remercié dans le numéro 1 de Subculture en 1992, il avait invité l’ONJ d’Yvinec sur le projet Robert Wyatt en juillet prochain à Sédières, je suis sûr que l’orchestre le saluera comme il se doit, comme l’a magnifiquement fait son ami Miska Assayas dans les Inrocks de cette semaine. Salut Fabrice.

Robert Peyrillou


Libellés : , ,

2 Comments:

Blogger Mark said...

J'avsis découvert Fabrice Ponthier grâce à une chronique de disque du méconnu Bertrand Betsch dans "Brive Magazine". Quelle surprise et quel plaisir de voir qu'un autre "local" appréciait cette musique différente !
Puis, tous les ans ou presque, j'ai assisté aux concerts "Musiques Actuelles" du Festival de Sédières, et apprécié la montée en puissance de l'évènement et de sa programmation. Grâce à lui j'ai pu entendre, au cœur de la Corrèze, les Tindersticks, Bashung, Dominique A ou Alela Diane l'été dernier.
Cette année nous avions déjà prévu d'aller écouter l'ONJ avec Gilou, nous irons bien sûr mais le plaisir se mêlera d'un pincement au cœur...

18:44  
Blogger Karine Perocheau said...

Merci pour cet hommage à Fabulous Fab que je découvre tardivement. J'étais sa dernière compagne, comme on dit... Petite précision : c'est JD Beauvallet, et non Michka Assayas, qui lui a rendu hommage dans les Inrocks à l'époque. On s'en fout un peu mais bon : juste pour être précis...
Les années passent mais je pense très très souvent à Fab. Je suis fan de musique (c'est comme ça qu'on s'est rencontré, bien sûr !) et j'en écoute beaucoup, tout le temps. Difficile de ne pas penser à lui quand je découvre un morceau pour la première fois ou quand je suis à un concert...
Karine P.

14:16  

Enregistrer un commentaire

<< Home